July 26, 2017

Archives for April 19, 2013

Fluoration: Lévesque renverra la balle à Québec

Trouvailles Médiatiques 300 x 300By: Martin Francoeur, Le Nouvelliste, www.lapresse.ca, Trois-Rivières, Québec, 19 Avril 2013 – Comme il le souhaitait récemment, le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, présentera un mémoire devant la Commission de la santé et des services sociaux de l’Assemblée nationale concernant la fluoration de l’eau potable. La Commission siégera lundi et mardi et entendra une dizaine d’intervenants ou organismes. Au nombre des non-invités: la Coalition trifluvienne pour une eau très saine.

Le maire Lévesque ira défendre la position qu’il avait adoptée il y a quelques semaines, alors que le conseil a unanimement voté en faveur d’un moratoire sur la fluoration, le temps que la Commission tienne ses travaux et formule des recommandations. Essentiellement, il ira dire aux députés de l’Assemblée nationale que c’est le gouvernement qui doit déterminer si oui ou non l’eau doit être fluorée au Québec, plutôt que de refiler cette patate chaude aux municipalités.

«La position de la Ville, telle que consignée dans le mémoire, ne penche ni d’un bord, ni de l’autre en ce qui a trait à la fluoration», assure le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant. «Le maire va plutôt renvoyer la balle au gouvernement, comme il l’avait laissé entendre.» Pour cette présentation, on indique que le maire sera seul, puisqu’il s’agit d’un dossier éminemment politique. C’est le cabinet du maire qui a rédigé le mémoire et non les fonctionnaires des différents services de la Ville.

Cette neutralité rassure les intervenants de la Coalition pour une eau très saine, qui ont déposé un mémoire mais qui n’ont pas été invités à agir comme intervenants devant la Commission. «On craignait que ce soit 6-4 en faveur de la fluoration», remarque Philippe Giroul en faisant allusion à la liste des intervenants invités. Puisque la Ville de Trois-Rivières ne défendra pas une position, cela ramène le compte à cinq intervenants en faveur, contre quatre organismes ou coalitions opposées à la fluoration.

Dans le mémoire qu’elle a déposé à la Commission, la Coalition pour une eau très saine aborde quatre grands thèmes principaux. Il est notamment question de la situation «particulière» vécue à Trois-Rivières.

«On se retrouve pris en otage par la décision de dix conseillers qui n’ont aucune compétence pour prendre une telle décision», déplore M. Giroul. Le mémoire aborde aussi l’aspect économique, sous l’angle du gaspillage.

«On insiste sur le fait que 99 % de l’eau fluorée s’en va ailleurs, notamment dans les étangs aérés ou dans les égouts. Et quand la Ville nous dit que ça se fait à coût zéro, c’est faux. Selon ce qui se passe à Laval et à Gatineau, c’est 50 000 $ par an. Sur vingt ans, ça fait 1 million $», ajoute-t-il.

Les représentants de la Coalition pour une eau très saine rappellent aussi le dérapage éthique lié à la question de la fluoration. «Une étude de l’Institut national de santé publique conclut qu’il est justifié de faire un accroc aux droits et libertés de la personne. C’est révoltant», déplore M. Giroul.

Enfin, le mémoire aborde la question de l’acceptation sociale, en la remettant sérieusement en question, et dénonce la «désinformation systématique» des promoteurs de la fluoration.

«Nous demandons au gouvernement d’abolir définitivement le programme de fluoration coercitive de l’eau potable et de développer un programme proactif d’éducation buccodentaire accessible dans toutes les écoles du Québec pour le bien-être de toute la population», conclut M. Giroul. Il s’agirait selon lui d’une façon plus efficace d’utiliser les sommes versées pour le fonctionnement du Programme québécois de fluoration de l’eau potable.

Plus d’une vingtaine de mémoires en faveur de l’abolition de la fluoration ont été déposés à la Commission, qui a accepté d’étudier les suites à donner à la pétition parrainée par la députée de Richmond, Karine Vallières. Près de 4000 personnes ont signée cette pétition contre la fluoration de l’eau potable.

À Trois-Rivières, la décision de reprendre la fluoration avait été prise à dix voix contre six au conseil municipal, mais l’installation des équipements n’est toujours pas complétée. Le 2 avril dernier, le conseil a tout de même voté unanimement en faveur d’un moratoire sur toutes les démarches et tous les travaux visés par la convention signée entre la Ville et le ministère de la Santé et des services sociaux, jusqu’à ce que la Commission dépose son rapport.

http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/vie-regionale/trois-rivieres/201304/19/01-4642489-fluoration-levesque-renverra-la-balle-a-quebec.php