March 31, 2017

Fluoration: Châteauguay garde le dossier ouvert / Fluoridation: Châteauguay keeps the file open

Trouvailles Médiatiques 300 x 300Paule Vermot-Desroches, Le Nouvelliste (Trois-Rivières), 22 novembre 2016 – Châteauguay, qui a d’ailleurs consulté ses citoyens à ce sujet au début de l’année 2016, admet que le dossier est loin d’être fermé et mise beaucoup sur l’étude du Dr Christian Caron, commandée par la Santé publique, afin de prendre une décision éclairée sur la poursuite ou non du programme.

La mairesse de Châteauguay, Nathalie Simon, a accueilli positivement la décision de la Santé publique de lancer cette vaste étude à Châteauguay, Trois-Rivières et Shawinigan, afin d’obtenir des réponses plus claires sur la réelle efficacité de la fluoration.

La Ville avait d’ailleurs mené une consultation publique au début de l’année 2016, avec des représentants de la Santé publique, mais également des intervenants s’opposant à la fluoration, afin de permettre aux citoyens d’avoir les deux côtés de la médaille. Par la suite, un sondage Léger Marketing mené dans la population de la ville avait révélé que 65 % étaient en faveur du maintien de la fluoration.

«Le sondage nous a démontré que la population a suivi le débat et que la majorité est en faveur. Mais le devoir premier de la Santé publique est de nous donner l’heure juste sur la réelle efficacité de la mesure. Lors des consultations, ce sont des données américaines d’il y a quelques années qui ont été présentées aux citoyens. Mais peut-on savoir ce qu’il en est chez nous, ce qu’il en est à l’heure actuelle», se questionne la mairesse Simon.

Cette dernière semblait d’ailleurs partager en partie l’avis du maire Yves Lévesque, qui reprochait à la Santé publique d’avoir manqué de leadership pour cette mesure dont elle prône les bienfaits.

«Jusqu’à la mise en place de l’étude, la Santé publique n’avait pas été très proactive. Si c’est une mesure de santé publique efficace, comment se fait-il qu’il y ait de moins en moins de villes qui fluorent leur eau? Comment peut-on les appuyer dans leurs démarches s’ils ne nous fournissent pas les outils pour appuyer leur position», indique Mme Simon.

La mairesse de Châteauguay se dit maintenant consciente qu’avec l’abandon de Trois-Rivières, le focus pourrait bien se transposer sur Châteauguay comme porte-étendard de la fluoration au Québec.

«On va attendre. On veut avoir les chiffres. Abandonner pour abandonner, ce n’est pas une option surtout quand la population se dit en faveur. On ne veut pas prendre une décision émotive, on veut la prendre basée sur des chiffres réels», signale-t-elle.

Outre Châteauguay, rappelons que Dorval, Lévis (secteur Saint-Romuald), Pointe-Claire et Saint-Georges-de-Beauce sont les seules villes au Québec à toujours fluorer l’eu potable, pour un total d’un peu moins de 145 000 citoyens au Québec.

http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/actualites/201611/22/01-5044158-fluoration-chateauguay-garde-le-dossier-ouvert.php?_branch_match_id=330387311872370585

_________________________

Paule Vermot-Desroches, The Nouvelliste (Trois-Rivières), November 22, 2016 –

Châteauguay, who consulted its citizens on this issue in early 2016, admits that the dossier is far from being closed and relies heavily on the study of Dr. Christian Caron, commissioned by Public Health, to to make an informed decision on whether or not to pursue the program.

The mayor of Chateauguay, Nathalie Simon, welcomed the public health decision to launch this vast study at Châteauguay, Trois-Rivières and Shawinigan, in order to obtain clearer answers on the real effectiveness of fluoridation.

The City held a public consultation in early 2016, with representatives from Public Health, and also stakeholders opposing fluoridation, in order to allow citizens to have both sides of the matter. Subsequently, a Léger Marketing poll conducted across the city’s population revealed that 65% were in favor of maintaining fluoridation.

“The survey has shown that the public has followed the debate and that the majority is in favor. But the primary duty of public health is to give us the current actual effectiveness of the measure. During the consultations, American data from a few years ago were presented to the citizens. But can we know what it is with us, what it is at the moment, “questions the Mayor Simon.

The latter seemed to share in part the opinion of Mayor Yves Lévesque, who criticized Public Health for lacking leadership for this measure whose benefits it advocates.

“Until the study was implemented, Public Health had not been very proactive. If it is an effective public health measure, how are fewer and fewer cities fluoridating their water? How can we support them in their efforts if they do not provide us with the tools to support their position, “says Simon.

The mayor of Chateauguay is now aware that with the abandonment of Trois-Rivières, the focus could well be transposed to Châteauguay as standard-bearer of fluoridation in Quebec.

“We will wait. We want the numbers. Abandoning to give up is not an option, especially when the population is in favor. We do not want to make an emotional decision, we want to take it based on real numbers, “she says.

In addition to Châteauguay, Dorval, Lévis (Saint-Romuald sector), Pointe-Claire and Saint-Georges-de-Beauce are the only cities in Quebec to always fluoridate drinking water, for a total of just under 145 000 citizens in Quebec.

http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/actualites/201611/22/01-5044158-fluoration-chateauguay-garde-le-dossier-ouvert.php?_branch_match_id=330387311872370585